dimanche 6 février 2011

Tournage de l’Hymne de l’IUP (clip)

Je vous en avais déjà parlé, je tournais ce mercredi 2 février l’hymne des IUPiens.















Le lieu :

Nous avions pour ce tournage le loisir de profiter d’un Magic Mirror monté à l’occasion du Festival du Court-métrage de Clermont qui vient tout juste de débuter. Ce lieu, désormais assez connu des clermontois se nomme l’Electric Palace.
Ce chapiteau, très classe, est constitué de bois, de toile et de miroirs, dans un style très Moulin Rouge. Cette ambiance très particulière est donc idéale pour stimuler le côté créatif d’un clip.

Les acteurs :

Qui dit musique, dit groupe. Le clip sera entrecoupé d’images fictives et d’images de concert. Les Kissinmas nous ont offert un petit show post tournage qui nous a permis de prendre quelques images à intégrer dans le montage final.
J’avais parlé de Keymi, le grapheur, cette partie reste encore à faire, certainement dans la semaine qui arrive.
Reste les figurants et acteurs, il s’agit des élèves de l’IUP Management, qui se sont vraiment bien pris au jeu. Ils étaient environ 110, tous déguisés, et dont certains avaient vraiment la « gueule » de l’emploie. Je suis assez satisfait de cela, car je ne me suis absolument pas occupé de la partie production d’avant tournage, et de voir tout ces gens déguisés dans un tel lieu, se prenant au jeu du style de l’époque, cela donne un rendu vraiment intéressant… Cela restait tout de même une de mes appréhensions, c’est un élément très important qui a son rôle dans le rendu final, il ne fallait donc pas se louper là-dessus…

Le tournage :

Là aussi, j’avais de quoi m’inquiéter… Un tournage de clip ne s’improvise pas, il faut du temps pour tourner tous les plans nécessaires, et il faut aussi gérer les gens qui sont sous notre direction. Ma question avant de commencer ce clip était de savoir comment faire pour gérer 120 personnes, gérer ma partie technique (caméra, éclairage, grue, etc.), tout ça en seulement 3 heures de tournage maximum, sachant que j’aurais annoncé 1 voir même plutôt 2 jours complets de tournage pour un tel projet.
Et bien j’ai commencé par faire venir une personne supplémentaire pour m’aider à la technique, qui s’occupait principalement du cadrage quand je m’occupais de tout le reste… De toute façon il fallait être 2 pour contrôler la grue sur les plans qui nécessitaient cette machinerie…

Matthieu Bourcheix et Benoît Campagne en préparation.















De part notre expérience de réalisateur, ou bien pour avoir fait de la figuration, on sait que le travail principal d’un figurant n’est pas de…tourner, mais tout simplement d’attendre. Je savais que pour 95% des gens présents, ils n’avaient pas conscience de cette donnée là, j’avais également peur qu’à ce niveau cela soit compliqué, surtout quand nous avons à affaire à un nombre aussi important de personnes… Alors bien sûr, cela n’a pas toujours été facile… mais il faut reconnaître que les étudiants de l’IUP sont cools et patients. En plus je pense qu’ils se sont bien amusés, ce qui aide à oublier les accotés un peu chiant d’un tournage…
Toujours est-il que du côté de la technique, il ne fallait pas faire dans la fioriture, il fallait être concentré et rapide pour essayer de faire les plans en une seule prise, et surtout pour enchainer le plans d’après en quelques minutes, parce que 3 heures, ça passe très très vite !!!

Enfin au final, ce fût une excellente journée de tournage, fatigante, mais ce n’est pas tous les jours que l’on s’amuse sur un tournage de ce type.
Le montage a débuté, et j’ai maintenant hâte de vous présenter le clip fini. Parce que les premières images sont très intéressantes. Rendez-vous dans quelques jours…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire