mercredi 30 septembre 2015

Les limites de l'amateurisme

Je n'ai plus trop le temps à consacrer à la création d'articles sur ce blog, mais comme j'ai quelques billets déjà écris, qui attendaient seulement une ré-écriture ou quelques photos, je vais quand même en publier certains.

Voici le premier, qui fait suite à une déconvenue pour le tournage d'un court-métrage, qui date je pense, de l'été 2013 :

A la base, nous devions tourner notre court-métrage le week-end dernier. Dans mon dernier billet, j'expliquais que nous étions à la recherche d'une vieille dame. Nous l'avions trouvée in-extrémiste dans la semaine précédent la date fatidique.

La personne que nous espérions pour la lumière s'est désistée, pour emploi du temps chargé.

En ce qui concerne la maison, j'avais une semaine avant le tournage trouvé la maison parfaite ! Sa propriétaire ne vivant qu'au rez-de-chaussée, nous étions libres d'utiliser l'étage à notre convenance. Mais... Parce qu'il y a toujours un "mais", cela dépendait de la présence de ses enfants ce jour-là. Comme elle était sans nouvelles, c'était plutôt bon signe pour nous...

Nous avions donc décidé d'annuler le tournage s'il nous manquait l'actrice, ou bien le lieu. L'idée était ensuite de repousser le tournage à une date ultérieure, mais pas trop éloignée.

Malheureusement, gros coup dur, à 3 jours du tournage, la maison n'était plus disponible pour nous !

Alors qu'est-ce que cela implique ? Il faut déjà commencer par annuler officiellement le tournage prévu initialement. Il faut donc contacter toute l'équipe technique, ainsi que les acteurs, et éviter dans la mesure du possible de passer pour un clown. Nous essayons de travailler de la meilleure façon possible, mais annuler un tournage, on a vu mieux comme façon de faire pro. Il faut expliquer que c'est indépendant de notre volonté, que ça ne remet pas en cause le projet, qu'il tout simplement différé... Bon dans mon cas, je crois j'ai réussi à faire passer la pilule, mais ce sont quand même des coups de fil que j'aurais aimé à ne pas passer.

Maintenant, il faut reprendre les disponibilités de tout le monde de manière à trouver une autre date. Aye aye aye ! C'est là que ça se complique... Pour le moment, il nous manque encore quelques disponibilités, le mois de septembre semble chargé pour beaucoup de monde. Il y a de grande chance que ce film ne se fasse qu'en octobre maintenant. C'est loin, très loin même, mais a-t-on le choix ?

Mais revenons à mon titre, les limites de l'amateurisme... Normalement, de tels problèmes ne devraient pas se poser. Un tournage est prévu, on ne doit pas l'annuler, en tout cas pas pour nos raisons. Quand on s'engage, que l'on soit amateur ou professionnel, on se doit de respecter ses engagements. Notre problème de maison est encore différent. Nous n'avons trouvé qu'un lieu, correspondant à nos attentes, et gratuit. Surtout gratuit... Parce qu'avec un lieu que nous aurions dû louer, ce problème ne se serait pas posé. L'argent, toujours le même problème quand on commence à vouloir faire des choses ambitieuses... Mais si seulement c'était le seul problème...

Trouver une nouvelle date de tournage ! Ha oui, facile... et bien pas tant que ça ! Toujours le problème de l'amateurisme... Un professionnel consacre tout son temps à ses projets, le matin, quand il se lève, c'est pour bosser sur ces films. Nous, le matin, quand on se lève, c'est aussi pour bosser, mais dans notre boulot de tous les jours (nous ne sommes pas des professionnels du cinéma, pas encore en tout cas): informaticien, concepteur, vidéaste (dans mon cas), etc. Il faut donc tourner le week-end... Mais on a tous des impératifs prévus de longue date, et quand bien même on en a pas, il y a toujours quelqu'un, un acteur ou un technicien indispensable, qui se trouve absent le week-end qui semblerait parfait. C'est même à se demander si on pourra trouver une date qui convient pour tout le monde... Dans ce cas là, on devra trouver d'autres personnes, avec leurs propres impératifs, etc.

Pas facile l'amateurisme...